Aller au contenu principal

Du « cygne noir » à la gestion des risques Le « cygne noir » : le risque est-il maîtrisable ?

Avec sa position claire vis-à-vis des analyses de risques conventionnelles, notamment dans le secteur des finances, M. Taleb, aujourd'hui Professeur de la Gestion des Risques à l’Université de New York, analyse le pouvoir des événements fortement improbables et leurs conséquences. Qu’en est-il de nos jours ? Les thèses fondamentales de M. Taleb évoquées il y a onze ans de cela dans son livre « Le cygne noir » sont-elles toujours d'actualité ? Serons-nous encore surpris par des événements improbables, impossibles ou imprévus ?

Pendant de nombreuses décennies, tout le monde, du moins en Europe, s'accordait à dire que les cygnes étaient blancs. Jusqu’à ce qu’en 1967, une découverte absolument imprévue et improbable soit faite : des cygnes noirs en Australie. Une seule observation, confirmée d'innombrables fois depuis lors, qui a invalidé un savoir fermement établi. On pourrait bien sûr se demander si un tel oiseau noir mérite vraiment le nom de cygne, mais il n’est pas ici question de biologie des animaux à plumes. L’apparition du cygne noir sert de nos jours plutôt de métaphore pour parler des événements extrêmement improbables. Et ceux-ci sont bien plus fréquents que nous ne pourrions le croire !

Comment le cygne noir s’avère fatal à la dinde.

Der Schwarze Schwan – wird Risiko beherrschbar

Dans son ouvrage, M. Taleb donne un exemple très marquant de cygne noir à travers un autre volatile, la dinde. Cet exemple se base sur l’idée que nous apprenons des expériences et événements vécus par le passé et que nous en tirons des conclusions pour l’avenir. Comme le fait la dinde : jour après jour, elle est nourrie par d’aimables personnes. Chaque jour, elle est renforcée dans sa conviction que ces personnes ne lui veulent que du bien et elle s’y attend aussi le jour suivant. Jusqu’à la veille de la fête de Thanksgiving où l’on sert traditionnellement de la dinde en Amérique du Nord. L’arrivée du boucher est un événement digne d’un cygne noir pour la dinde : il est complètement inattendu, absolument imprévisible et a des conséquences extrêmes. Sauf du point de vue du boucher, pour lequel l’événement est tout à fait normal et attendu. La question se pose alors de savoir si ce que nous avons observé est suffisant et nous permet de dégager d’autres caractéristiques d’un état de fait.

Nous nous imaginons en sécurité, alors que le risque augmente.

L'aspect inquiétant de ce scénario reste qu’au fil des nourrissages, la dinde devient toujours plus confiante, son expérience croissante du passé renforçant son sentiment de sécurité, alors que le jour de son abattage se rapproche. De manière générale : le sentiment de sécurité croît, alors qu’en fait, en arrière-plan, le risque d’un changement fondamental, d’un cygne noir augmente. M. Taleb en vient à l’essentiel en termes provocateurs : « Nous considérons à tort des observations naïves du passé comme étant quelque chose de définitif ou de représentatif de l’avenir. »

Statut de la gestion des risques : Solutions a interrogé des experts

Der Schwarze Schwan – wird Risiko beherrschbar_2

Nous avons discuté intensivement du thème du « cygne noir » qui fut déjà le fil conducteur lors de la conférence AIRMIC 2018 à Londres, avec M. Alexander Mahnke, président-directeur général de la GVNW et avec le professeur Fred Wagner, de l’institut d’enseignement en assurances de

l’Université de Leipzig, au sujet de son étude « Gestion des risques au sein de l’entreprise industrielle ». Un thème que nous aborderons au fil de plusieurs articles, et à travers une analyse de scénario que Sue Taylor, Experte en sinistres chez Miller Insurance Services LLP, décrit en termes très imagés. Ces trois thèmes mettent en évidence qu’il reste encore de nombreux efforts à faire et qu’au vu des résultats, il vaut la peine, au sein de l’entreprise, d'accorder plus d’importance à la gestion des risques, d’améliorer la sensibilisation à ce thème par l’analyse de scénario et d’augmenter la capacité d’agir. Bonne lecture !

Sue Taylor, Experte en sinistres chez Miller Insurance Services LLP Analyse de scénario : changer le mécanisme de réflexion

Qui sait où le « cygne noir » se posera ? Pouvoir apporter une réponse à cette question et exclure la possibilité ou la probabilité de voir le cygne se poser permettrait de changer beaucoup de choses. Des changements qui concerneraient aussi les polices d’assurance, étant donné qu’une grande partie des risques extrêmes (données aberrantes) serait amenée à disparaître.

FacebookLinkedInTwitterMailArrow UpArrow LeftArrow RightGallery